Vivre l’abondance & sa passion

Voici 4 ans, j’ai créé l’association Gourmandises Sauvages avec deux amies. D’autres personnes sont venues se joindre à nous aux moments forts pour soutenir le développement de l’association.

En 2013, l’activité se développait tout doucement, lentement mais surement. J’organise donc 4 stages pendant l’été, dans une ferme rénovée du Diois, une région que j’aime beaucoup et qui semble propice à des stages d’été. Et là c’est le, pardonnez-moi l’expression, le bide complet ! Je ne peux donc être rétribuée pour mon travail pendant les deux mois d’été. Si j’étais mariée et pas en instance de divorce, pas de problème cela repousse le développement de quelques mois. Mais là, il devient de plus en plus urgent que mon activité optionnelle mais passionnelle devienne mon activité principale. Ce n’est pas avec l’automne que je vais remplir mes stages d’autant que j’étais déjà occupée ailleurs, formation à l’alimentation physiologique & enseignement bénévole de la Permaculture au Burkina Faso, pensant que l’été m’aurait au moins permis une rentrée d’argent minimale. Mais non là, rien ou presque. Juste de quoi payer les factures de téléphone, internet, l’hébergement du site & l’assurance.

Que fais-je ? Après avoir refait mon bilan de compétence, évalué le pour et le contre, pendant quelques semaines, je réalise qu’il m’est vraiment impossible de retourner au salariat. C’est ce métier de formatrice aux Plantes Sauvages Comestible & à la Permaculture qui me fait vibrer, qui me permet d’endurer les coups durs. De me lever le matin, d’être heureuse. Garder la sœur d’une amie, être garde malade en attendant des jours meilleurs, pas de souci. Du moment que je peux développer l’activité. Mais là il me faut trouver, et vite, une autre solution. Cela ne peut plus durer !

A mon retour d’Afrique un ami, coach en énergie me parle d’une formation Vivre ma Vraie Vie. Je découvre Gaëlle Le Reun, Aligneuse, et son histoire. Comment il y a quelques années, elle était sans un sou, avec un enfant à nourrir, sans abri et sans travail. Comment elle s’est sorti de sa galère. Je découvre une femme d’une grande bonté, avec des valeurs communes sur l’échange, le partage, son choix d’ouvrir son jardin aux Incroyables Comestibles, ne pas avoir de frigo mais il Iphone 5. Bref, je me dis si elle a réussi à s’en sortir, moi aussi je peux ! Je m’inscris donc très enthousiaste après avoir regardé son site et les vidéos de promotion de sa formation.

Gaëlle a donc aussi eu le déclic qui a changé sa vie, ça ne pouvait plus continuer ! Cette situation était, se rend-elle compte, le fruit de sa façon de voir, de penser et de gérer sa vie de l’époque. Elle commencé à étudier l’abondance, et ça n’a pas toujours été facile ! Elle y a passé des heures, des semaines, des mois et des années d’essais et d’erreurs, pour en arriver finalement aujourd’hui à vivre une vie qu’elle n’osait à l’époque même pas rêver ! Et ce n’est que le début !

>>> Découvrez comment Gaëlle a pu dépasser ses croyances limitantes

Mais le plus important, c’est que pendant tous ces « essais, erreurs et tâtonnement », évidemment elle était seule. Elle a tout testé elle-même, preuve que l’on peut y arriver ! Mais sincèrement, ça aurait été plus facile si on lui avait montré le mode d’emploi. Elle aurait aimé que quelqu’un lui tende la main à ce moment là.

Et aujourd’hui, c’est précisément ce qu’elle souhaite faire, tendre la main à ceux qui, comme elle à l’époque, en ont besoin. Peut-être vous ?

C’est pourquoi elle a condensé dans une série de vidéos l’essentiel de ce qui l’a aidé à passer de la pauvreté à l’abondance, des outils qui ont déjà pu aider des centaines d’autres personnes qui ont fait le pas d’oser vivre leurs rêves, d’oser vivre leur vraie vie, comme moi !

Aujourd’hui c’est une occasion que la vie vous apporte à travers elle et à travers moi, et c’est à vous qu’il appartient de la saisir !

>>> Découvrez comment Gaëlle a pu dépasser ses limites

Si vous vous inscrivez, pensez à moi, inscrivez-vous à partir de ces liens là

Vous aimerez peut-être :

Si vous avez aimé cet article « likez-le » ci-dessous & partagez-le

Si vous n’avez pas aimé cet article ne « likez-le » & ne le partagez pas !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.