Trouver de l’eau au jardin

Cette année, encore plus que les années précédentes, les pluies d’automne ou d’hiver sont plus que minimes. Quelques gros orages ont remontés le chiffre des précipitations annuelles, cependant nous pouvons tous le constater, les sols sont secs, ou presque ! Ces orages n’ont pas vraiment nourris les sols en eau car sur sol sec l’eau glisse sur le sol, encore plus si la pluie est importante !

Peut-on vraiment se reposer sur l’idée que les pluies de printemps viendront remplir suffisamment le sol & les nappes phréatiques ? Il devient donc indispensable de mettre en place une gestion de l’eau dans les jardins, prenant en compte ces changements.

Où trouve-t-on de l’eau ?

Où trouve-t-on de l’eau dans le jardin, dans la Nature en général, en l’absence d’eau de pluie ? Et comment récupérer au mieux l’eau de pluie même si elle tombe sous forme d’orage ?

Que pouvons-nous observer autour de nous ?

  • Sous la couche sèche, le sol contient une quantité variable d’eau.
  • L’air contient une proportion fluctuante d’eau sous forme de vapeur d’eau. Et cette vapeur d’eau se condense à l’occasion des fluctuations de température.
  • Les végétaux & les animaux contiennent de l’eau, en moyenne 80%.
  • A 100% dans les ruisseaux, les cours d’eau, les étangs, les bassines, les citernes, …
  • Nous rejetons de l’eau de nos maisons

Voici donc 5 moyens d’augmenter le volume d’eau disponible au jardin.

Le sol

Comme le sol contient toujours de l’eau. Comment lui permettre de le conserver ?

Couvrir le sol

L’air

Comme l’air contient toujours de l’eau, comment augmenter la quantité d’eau dans l’air dans notre jardin ?

L’air s’assèche avec l’augmentation de la température sur un lieu. Donc si je crée un micro-climat plus frais, je vais diminuer l’évaporation de l’eau dans mon jardin. Il est donc intéressant de créer des zones d’ombre en été. Et les ombres les plus fraîches sont celles créées par les végétaux.

Augmenter l’ombre dans mon jardin pendant les périodes les plus chaudes, avec des arbres à feuilles caduques & une augmentation du nombre de plantes vivaces !

La vie dans le jardin

Les végétaux & les animaux contiennent en moyenne 80% d’eau. Donc plus j’augmente le nombre de végétaux & la quantité d’animaux dans mon jardin, dans le sol & dans l’air, plus j’augmente la capacité de mon jardin à retenir de l’eau.

Augmenter la vie dans mon sol !

Augmenter la vie aérienne de mon jardin !

Réserves d’eau au jardin

Plus j’augmente la diversité & la capacité des réserves d’eau dans mon jardin, plus la quantité d’eau disponible augmente. L’eau a de plus en plus tendance à tomber sous forme de gros orages. L’eau a de plus en plus tendance à glisser sur le sol sans s’arrêter.

Augmenter le nombre de réserves d’eau

Augmenter la variété des réserves d’eau (bac, mare, citerne, …)

Augmenter la capacité de mon jardin à collecter l’eau de pluie ( taille des réserves, taille des collecteurs d’eau, création de baissières – rigoles en courbe de niveau collectant automatiquement l’eau lors des précipitations)

Les eaux de la maison

Si notre jardin entoure notre maison, comme de l’eau est utilisé dans la maison, la maison est une source d’eau. La maison capte l’eau des toits, rejette l’eau des éviers, des douches, des bains et des …. toilettes. Toutes ces eaux ont recueillis un certain nombre de polluants, dit-on habituellement, de ressources dit-on en Permaculture !

Quelles sont ces ressources collectées par l’eau dans la maison ?

  • Éviers : La terre des légumes, quelques petits déchets végétaux, le gras de la cuisine, des sucres, des protéines, produits de nettoyage de vaisselle, savon (importance d’utiliser des produits non toxiques), … ;
  • Lavabos, bains, douches : peaux mortes, cheveux, gras, sels, produits de nettoyage du corps, produits de nettoyage des vêtements, … ;
  • Toilettes à eau : pipi, caca, papier, vinaigre, acide citrique & produits de nettoyage des WCs, des sols, médicaments ;
  • Machine à laver, Lave-vaisselle : déchets de table plus ou moins gras, plus ou moins grillés, produits de nettoyage du linge & de la vaisselle.

Donc hormis les produits chimiques toxiques, volontairement ingurgités comme les pesticides de l’alimentation, les médicaments ou ceux utilisés pour les différents nettoyages, ces eaux « sales » deviennent vraiment une nourriture pour les plantes de notre jardin.

En ce qui concerne, les toilettes, le pipi semble être globalement admis comme étant une ressource. Le caca pose encore des problèmes au niveau des craintes sur l’aspect sanitaire. Je ne vais pas en débattre dans cet article, car il peut faire l’objet d’un article entier. Cependant, au même titre que les fumiers de vache, de cheval, de poule, de mouton & d’autres animaux, ceux-ci sont, après compostage, une ressource très recherchée pour le jardin.

Mettre en place un ou plusieurs systèmes permettant l’usage de ces différents types d’eau collectant des ressources.

Que faire ? Comment s’y prendre ? Par quoi commencer ? Où le faire ?

Transformer mon jardin en écosystème cultivé, imiter la Nature au Jardin.

  1. Couvrir le sol avec des matières carbonés trouvées localement
  2. Planter des arbres, arbustes & vivaces, adaptées, comestibles, nourricières – c’est l’objet du design d’étudier où le faire !
  3. Créer des réserves d’eau variées, réparties sur le jardin – itou

Si le sol n’est pas épuisé, la vie reviendra facilement d’elle-même en apportant nourriture & sources d’eau au jardin !

http://www.blog-ecolo.fr/piscine-naturelle.html

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.