Comment apprendre ?

Pas facile d’apprendre à reconnaître les Plantes Sauvages Comestibles lorsque l’on a un cerveau rebelle comme le mien, peut-être le tien aussi, ou que l’on a pas fait de longues études. Il est extrêmement compliqué de faire grâce à la botanique. En effet, les botanistes, comme dans tous les métiers, mais particulièrement celui-ci, utilisent un vocabulaire particulier. Les botanistes, quant à eux, utilisent beaucoup le latin & le grec ancien. Il a l’avantage de la précision mais bloque aussi l’accès à un savoir qui a longtemps été populaire. J’ai donc du simplifier le vocabulaire pour pouvoir m’immerger dans ce monde du végétal & de la Nature qui me fascine tant. Il y a tout de même des incontournables !

Les noms des plantes

Une seule plante est nommée différemment suivant les pays bien-sûr, les territoires & même les personnes, qui inventent des surnoms aux plantes qu’ils aiment bien. Malgré la beauté & la richesse de la langue française, on se retrouve ainsi avec des noms identiques qui parlent de plantes différentes. C’est souvent le cas des plantes nommées par leur bienfait. Voici 3 Vulnéraires différentes, donc 3 plantes complètement différentes, ou peu, comme Hypericum nummularium, Anthyllis vulneraria ou A. montana.

Ex : Coucou – Primevère officinale – Primula officinalis L. & tous les noms populaires du monde !

Coucou – Primevère officinale – Primula officinalis L.

Nous sommes aussi nombreux à donner des noms particuliers aux plantes que nous aimons bien. Pourtant, et c’est crucial, surtout lorsque l’on souhaite manger la plante, seul le nom scientifique fait foi. L’avantage est qu’il permet de faire des recherches sur internet, dans les livres & tous les pays du monde quelque soit leur écriture. Sinon vous ne pourriez pas être sûr de la plante dont on parle.

Comme je le dis souvent lors des ateliers, le nom scientifique est indispensable pour éviter au maximum les erreurs de photo, de description, de bienfaits, … Se tromper en nommant une fleur dans son jardin ornemental n’est pas problématique. Mais dès que nous souhaitons manger les plantes ou utiliser leur bienfaits il est important d’être précis.

Pour le reste la botanique on s’en fout …

Euh, non pas tout à fait ! La botanique a d’autres intérêts.

Pas besoin d’avoir suivi des cours de botanique pendant 3 ans minimum, pour aller arpenter les chemins creux de France & de Navarre. La précision dans l’apprentissage peut s’acquérir autrement !!! Tu peux aussi passer des heures le nez dans les bouquins, les dictionnaires ou sur internet pour comprendre ces maudits mots latins (tant que t’y comprends rien ;)) permet de se familiariser mois après mois avec ce vocabulaire qui finalement a son charme, …, au bout de 5 à 10 ans. Tout dépend du ciboulot dont tu as hérité !!! Puis revenir sur le terrain autant de fois que nécessaire jusqu’à comprendre qu’en fait c’est drôlement simple en fait.

Bref, se faire son idée personnelle sur la façon dont les plantes sont classées, en utilisant ton vocabulaire même si aux yeux de certains tu passes plus pour à un enfant qui apprend à lire qu’à un érudit grecque, ou pour ne pas y perdre son latin ! Qu’importe, même si tu n’as pas pris latin en 4e ou grec, il est possible d’y parvenir, sans rester coincé des années sur une chaise.

Voici deux sites indispensables

Voici les sites que j’ai beaucoup utilisé et que j’utilise toujours. Mais là va falloir t’accrocher si t’es comme moi, que les mots latins, & grecs de temps en temps, ne sont pas ta tasse de thé ! Arme-toi du dictionnaire de botanique de Bernard Boullard chez Ellipses, il m’aide souvent car il y a beaucoup d’illustrations.

  • Tela-botanica un site de botanistes passionnés qui partagent leurs connaissances très pointues sur les plantes.
  • Plantes Sauvages.com où j’ai appris, en plus des cours de botanique de ma mère, à reconnaître une plante.

Voilà avec ces deux sites, vous avez l’essentiel & l’indispensable !

Ma méthode

Outre la mémoire auditive, il reste les mémoires visuelles, tactiles & olfactives

Pour ça, il faut juste utiliser ta mémoire visuelle, tactile & olfactive qui marche beaucoup mieux pour certains. Après avoir observé des centaines de plantes, tu comprends en quoi elles se ressemblent & en quoi elles sont différentes. Quel classement il est intéressant de mettre en place pour s’y retrouver.

De plus, avec le temps, pour ne pas être obligée de relire la description botanique complète, comme tous les cueilleurs & botanistes chevronnés, je me fais une liste des caractères distinctifs, qui me permet de les distinguer les unes des autres. Pour ma part, je l’ai écrite & je l’ai appelé Critères distinctifs.

Simplifier la classification botanique

Les formes de feuilles, le toucher des feuilles, leur parfum plus ou moins froissées, … Les formes des fleurs etc… les mêmes précisions qu’en botanique, avec un vocabulaire issu du français commun, et des étapes simplifiées avant d’entrer dans tous les détails possibles.

Ex : Appeler une forme de feuille « en cœur » au lieu de « cordata » est fortement utile à mon sens, car avec le temps même pour les cerveaux rebelles, l’agilité mentale en botanique viendra.

Bien souvent, la liste des détails précis, n’est utile que pour différencier deux plantes plutôt rares. Or les plantes sauvages comestibles, sont des plantes communes. De plus, des familles ou des genres entiers sont soient comestibles, soient toxiques. Pour les familles de plantes où elles sont mélangées, leur intérêt gustatif va alors demander d’être très précis.

A contrario, simplifier la reconnaissance des plantes par la couleur des fleurs n’apportent aucun intérêt à mon sens, car cette reconnaissance est complètement déconnectée de la classification des plantes (du vivant en général).

Fiche description simplifiée

Voici donc une fiche que j’ai mis au point pour les rebelles du latin & du grec qui apprécieront ces langues mortes avec le temps. J’explique dans cet article l’intérêt de mieux s’y connaître en distinction de feuilles pour récolter les Plantes Sauvages Comestibles. La dénomination & la classification passe par la reconnaissance des fleurs mais la cueillette des Plantes Sauvages Comestibles passe par la reconnaissance des feuilles.

Bonnes récoltes !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.