Comment accéder à l’Abondance du Cueilleur ?

Récolter les Plantes Sauvages Comestibles demande des compétences particulières & performantes

Vous découvrirez ici …

Comment mettre en place des compétences inutilisées, ou presque dans notre monde d’aujourd’hui qui furent pourtant parmi les plus importantes pendant des millions d’années ? Ces compétences sont à l’état de latence. Il s’agit donc de les réveiller sans prendre de risque pour autant. Comment réveiller ces mémoires ancestrales ? Ces mémoires ayant permis à nos lointains ancêtres de se nourrir en toute sécurité sans source d’erreur. Nous allons explorer ces 3 compétences latentes en nous, de la plus évidente à la plus enfouie.

Les connaissances à réactiver

Mémoire visuelle

La mémoire visuelle est surtout basée sur l’observation du milieu dans lequel on se trouve. Il s’agit de faire une observation globale du milieu tout en apprenant à faire des focus sur les différentes plantes qui peuplent le lieu dans lequel ont se trouve. Aller du global au détail, car toutes les informations sont utiles.

Au début, observer la Nature revient à regarder un tableau vert, tel une jungle impénétrable. Il s’agit de se poser face à ce tableau et laisser son regard être attiré par un mouvement une forme. Ce focus va être le début du fil d’Ariane que nous allons suivre pour entrer dans ce monde inconnu.

Remarquer, tel l’enfant qui joue au parc, ou dans la cour, avec les fourmis venant déguster son goûter dégoulinant de confiture, ou son mi-choco, que ce sol tout à l’heure uniforme & désert s’anime tout à coup d’une vie insoupçonnée pour peu que l’on se pose quelques minutes.

Tel un enfant, vous allez donc observer que les feuilles aussi vertes soient-elles, sont de verts différents : bleu, jaune, blanchâtre, sombre, brillant, mat, pâle, … que les formes des feuilles tout à l’heure identiques apparaissent désormais multiples : rondes, ovales, longues, pointues, en forme de cœur, de rein, …

Cette mémoire visuelle à besoin d’être associée à de nouvelles connaissances, celles des différents milieux : riche & fourni, sec & drainant, pauvre, minéral associés aux différents types de végétation.

Mémoires olfactive & tactile

© andresrimaging

© andresrimaging

Une mémoire négligée dans notre monde occidental est la mémoire olfactive. C’est pourtant la finesse de celle-ci qui permettait à nos lointains ancêtres de le prévenir des dangers. De plus, cette mémoire est associée à notre cerveau primaire. C’est donc une mémoire très fiable pour peu que nous l’utilisions.

Il s’agit donc de réactiver cette mémoire qui ne demande qu’à nous offrir de nouveau ses services. Cependant, au début pas de bravoure inconsidérée, comme la palette du jeune peintre réduite à une 20aine de couleurs celle du peintre expérimenté s’élargit à des milliers voire millions de couleurs.

Attention aux souvenirs d’enfance qui pourraient nous induire en erreur. Une odeur quel qu’elle soit, associée à un très bon souvenir d’enfance permet de la rendre agréable donc attirante. C’est ainsi que j’aime sentir le fumier, car il me rappelle mes vacances à la ferme. Pourtant, il n’est pas question d’en manger.

Le toucher, associé aux plaisirs charnels, bannis par notre société judéo-chrétienne, a lui-aussi besoin d’être réactivé en dehors de toute connotation sensuelle. Il s’agit de réactiver notre palette sensible & de se créer une bibliothèque des touchers associés aux différentes feuilles. Le Docteur Maria Montessori, grande pédagogue, a mis au point des outils auto-didactiques permettant aux enfants de maternelle d’intégrer cette connaissance comme un savoir en lui-même.

Ressenti intérieur

Le ressenti intérieur est quant à lui un sens qui met beaucoup de temps à se développer aux contacts des plantes car il est lié aux tabous des savoirs des sorcières qui étaient autrefois les chamanes guérisseuses, dirait-on aujourd’hui. Elles avaient accumulé la connaissance des bienfaits de la Nature, autrement dit de la Source de Vie.

Bref, le ressenti intérieur doit passer à travers bien des barrières intérieures, des croyances profondément enfouies, après des lustres de chasses aux sorcières.

Cependant, après quelques années de recherches personnelles en ce sens, je me suis rendu-compte de ma capacité à ressenti si une plante est comestible ou pas, de même si elle a une action médicinale & laquelle. Pour autant, n’étant pas en manque de nourriture ou de plante pour me soigner, je m’appuie toujours sur mes livres pour vérifier mon ressenti.

Comment s’y prendre pour réactiver ses connaissances ?

Rien de plus facile pratiquer !

Comme l’enfant qui apprend par lui-même, se poser & observer la Nature. Faire des hypothèses & tester.

Attention on ne teste pas en mettant à la bouche. Les plantes mortelles à petites doses sont extrêmement rares, surtout celles qui le sont sans prévenir par leur odeur ou leur couleur, mais elles existent.

Une autre pratique plus rapide consiste à apprendre à reconnaître les plantes les plus abondantes & selon ses modes d’apprentissage personnel puis de faire des liens entre elles. Voir la fiche les 10 plantes les plus faciles à reconnaître.

Lorsque vous vous dites « Tiens on dirait telle plante mais elle n’est pas pareille que d’habitude ». À coup sûr votre corps a identifié une différence que votre cerveau n’a pas encore catalogué. Il s’agit en fait d’un message d’alerte.

Que faire alors ?

Allez rechercher les 10 Plantes Sauvages Comestibles les plus abondantes & les plus faciles. Apprenez-les par cœur. Forme de la plante, des feuilles, des fleurs, textures, odorats, toucher & … ressenti.

Pour développer le ressenti. Asseyez-vous devant la plante et dans un état méditatif, mettez-vous en lien avec elle. Observez tout à la fois la plante en pensée et ce qui se passe dans votre corps. L’un & l’autre vous parlerons.

Pour résumer

  1. Chercher la liste des 10 Plantes Sauvages Comestibles les plus faciles

  2. Aller à leur recherche chaque week-end

  3. Pour chaque plante, observez le milieu où elle pousse

  4. Observez la forme générale de la plante

  5. Observez le détail des feuilles, tous les détails (toucher, sentez)

  6. Notez sur un carnet de cueillette toutes les informations

  7. Ensuite, oubliez tout, asseyez-vous au calme, face à la plante.

  8. Faites le vide en vous & vous écoutez ce qui se passe dans votre corps.

  9. Notez aussi ce que vous avez ressenti dans votre corps

  10. Allez ensuite sur internet faire des recherches sur les bienfaits de la plante.

  11. Et comparez avec vos ressentis face à la plante !

Les recherches sur internet & même dans les livres, doivent se faire avec le nom latin des plantes. De cette façon vous éviterez les erreurs entre les plantes avec le même nom, ou autres erreurs préjudiciables.

Tenez-moi au courant de vos découvertes ! Je serais heureuse de savoir comment ça se passe pour vous !

Par quoi commencer ?

Imprimer la liste des 10 Plantes Sauvages Comestibles & une Fiche de cueillette pour chaque plante.

Vous aimerez peut-être

Si vous avez aimé cet article « likez-le » ci-dessous & partagez-le !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.