10 Plantes Faciles à Reconnaître dans la Nature

Apprendre à reconnaitre, dans la Nature, les Plantes Sauvages Comestibles est un vrai parcours à embûches & de longue haleine. C’est une vraie formation en soi. La Nature est complexe et créative ! Il s’agit avant tout de savoir par où commencer & comment commencer !

Une liste pour commencer

Voici une liste des 10 plantes parmi les plus abondantes et les plus faciles à reconnaître.

Contrairement à son apparente simplicité, elle m’a pris des années à l’écrire, car il est bien sûr nécessaire de connaître celles-là, mais aussi toutes celles qui pourraient lui ressembler dans la flore européenne.

Niveau 1 très facile à reconnaître :

  1. Pissenlit – Taraxacum sp – Asteracée
  2. Plantain – Plantago lanceolata – Plantaginacée
  3. Ortie – Urtica dioica – Urticacée
  4. Lierre terrestre, – Glechoma hederacea – Lamiacée
  5. Pimprenelle – Sanguisorba minor – Rosacée
  6. Oxalis – Oxalis corniculata – Oxalidacée
  7. Pourpier – Portulaca oleracea – Portulacacée
  8. Cressonnette – Cardamine hirsute – Brassicacée
  9. Tilleul – Tilia cordata – Malvacée
  10. Gaillet gratteron – Gallium aparine – Rubiacée

C’est une première liste pour se focaliser & gagner du temps de recherche sachant d’avance qu’elles sont comestibles & faciles. Il existe en effet 5600 plantes en France. J’aurais aimé avoir ce genre de liste quand j’ai commencé mes recherches. Pour en savoir plus, le site tela-botanica.org, apporte des informations intéressantes avec le nom latin. C’est la première précaution pour avoir les bonnes informations & ne pas se tromper de plante. Mais voilà il faut chercher parmi 5.600 plantes, & on ne sait pas lesquelles sont comestibles, si elles sont agréables à manger ou encore si elles apportent quelque chose au niveau nutritionnel. Avec cette liste je peux vous assurer quelles ont un intérêt majeur pour vous !

Facile voire trop facile, pas si sûr

Vous allez me dire “les pissenlits tout le monde connaît ! C’est une perte de temps ”

C’est vrai & c’est faux !
Pissenlit 06Détrompez-vous, même là vous pouvez vous tromper, mais ce n’est pas gênant. La confusion ne porte pas à conséquence, vous risquez juste une surprise désagréable. Je le constate souvent et c’est d’ailleurs là d’où viennent les erreurs fatales. L’on croit savoir, l’on est sûr de soi et pourtant un détail change auquel l’on ne fait pas attention ! Parfois même des éléments importants. Aussi je vais vous apprendre à faire attention aux détails et à prendre confiance en vous.

Développer vos sens endormis

Votre objectif est de prendre confiance en vous certes !

Votre objectif est surtout de développer votre sens de l’observation !

Qui vous permettra de vraiment reconnaître un pissenlit au premier coup d’œil, et à partir de cette connaissance déjà acquise de capitaliser une à une les connaissances nécessaires, pour vous en servir plus tard efficacement. Vous allez donc exercer votre regard, votre toucher et votre odorat.

Vous allez vous créer votre « sensothèque » : votre bibliothèque de touchers, de parfums, voire même le ressenti que vous vivez auprès de cette plante.

Écoutez ce que votre corps vous apprend & pas seulement par les yeux, mais aussi l’attirance ou la répulsion !

Comme vous pourrez le constater en lisant d’autres articles de ce site, j’insiste sur l’importance d’utiliser tous nos sens dans la reconnaissance des Plantes Sauvages Comestibles. Cette attirance, ce plaisir, ce bien-être ressenti dans le corps, ou à l’inverse la répulsion, le ventre qui se contracte légèrement, sont des sens que nous avons oubliés, que nous négligeons dans notre société, dans notre culture. Pourtant, écouter ces/ses sens peut nous éviter des expériences désagréables, voire de mauvaises expériences. Il s’agit de faire la différence entre peur & répulsion, mal-être ou malaise. Quelque soit notre vocabulaire il est important de faire la différence entre le mental ou l’égo & les vrais ressentis du corps !

J’écoute toujours ce que me dit mon corps face à une plante que je ne connais pas. Je me suis rendue compte avec le temps que je ne m’étais jamais trompée. J’ai une attirance intérieure avec les Plantes Sauvages Comestibles alors que les plantes toxiques ne m’attirent pas, ou plutôt ne me donnent pas envie de les manger. Cependant, pas d’orgueil mal placé. Je tiens à ma vie, je n’aime pas être malade et encore moins risquer une hospitalisation. Je vérifie toujours, je sais toujours quelle plante je mange avant de mettre à la bouche.

« J’ai eu un souci une fois car j’étais en stress, j’ai avalé une feuille à la place d’une autre. J’ai passé une fin de journée très désagréable, à avoir la sensation qu’une centaine de micro-rasoirs me lacéraient tout le système digestif. Ça n’a pas été plus loin j’ai eu de la chance et la feuille était petite. Donc pas de fanfaronnade !

Carnet de cueillette

Herbier de cueillette - Plantes Sauvages ComestiblesConfectionnez-vous votre Herbier de cueillette, il vous permettra de recenser les informations que vous recueillez sur les plantes, une à une. L’ordre dans lequel vous allez insérer les plantes ne doit pas obligatoirement suivre un ordre alphabétique, mais plutôt l’ordre dans lequel vous découvrez où vous intéressez à une plante. Vous pourrez toujours rajouter une table des matières en fin de carnet pour mieux vous y retrouver. Ou alors comme l’a fait une étudiante, créer des onglets dans un cahier et rassemblez les plantes des 3 premières lettres de l’alphabet, puis de 3 en trois jusqu’à la fin & finissez par les 5 dernières.

Une fois que ce carnet aura beaucoup voyagé avec vous, un autre objectif de ce carnet, sera au final de le laisser à la maison car tout ce que vous y aurez noté est définitivement inscrit en vous. Chaque détail !

Par quoi commencer ?

Donc pour chaque plante, vous allez démarrer par vos recherches personnelles à partir du nom latin des plantes (toujours le nom latin tant que vous ne la connaissez pas par cœur, vos recherches pourraient vous emmener ailleurs). De nombreuses personnes ont à cœur sur internet de partager leur découverte, mais peuvent vous transmettre des noms erronés de plante ou le nom qu’elle leur ont donnés, ou, ou ou bref vous induire en erreur. Alors qu’un nom latin témoigne d’une recherche de précision de la personne qui vous évite à 98% les erreurs.

Lire aussi

Vous aimerez aussi

Si vous avez aimé cet article « likez-le » & partagez-le !

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.